OPCVM : Organisme de placement collectif en valeurs mobilières

L’optimisation de la gestion d’un portefeuille de valeurs mobilières peut paraitre assez contraignant. C’est pour cela que certains investisseurs préfèrent se tourner vers des placements communs, dont la gestion est assurée par un professionnel. Ces structures sont principalement des Organismes de Placement Collectifs en Valeurs Mobilières (OPCVM).

 

Définition d’un OPCVM

Les Organismes de Placement Collectifs en Valeurs Mobilières sont des structures collectives, gérant un portefeuille de valeurs mobilières pour le compte de tiers. Leur activité consiste donc à investir sur les marchés financiers l’épargne collectée auprès de leurs porteurs de parts. Ils offrent la possibilité de diversifier son portefeuille, avec un investissement et des coûts de gestion inférieurs à ceux d’un portefeuille individuel.

Il existe 2 catégories principales d’OPCVM : les Sociétés d’Investissements à Capital Variable (SICAV) et les Fonds Communs de Placement (FCP). Leur gestion est similaire, mais quelques différences juridiques existent.

 

  • SICAV

Une SICAV est constituée sous forme de Société Anonyme, avec un conseil d’administration. Elle émet des actions, souscrites par les épargnants qui se retrouvent détenteurs d’une partie des valeurs mobilières de la SICAV.

Le capital initial pour constituer une SICAV est de 8 millions d’euros. Sa valeur ne pourra descendre en dessous de 4 millions d’euros.

La SICAV peut assurer elle-même la gestion de son portefeuille, ou faire appel à une société de gestion.

 

  • FCP

Un FCP est une copropriété d’instruments financiers. Les épargnants souscrivent des parts, et non plus des actions. Ceux-ci, généralement plus petits, sont en général spécialisés sur des marchés particuliers.

Le capital initial à la constitution d’un FCP doit être de 400.000€ minimum. Sa valeur ne pourra descendre en dessous de 300.000€.

Le FCP est géré par une société de gestion. Ses actifs sont conservés par un dépositaire unique, différent de la société de gestion.

 

La constitution d’un OPCVM est obligatoirement soumise à un agrément de l’Autorité des Marchés Financiers.

Les fonds doivent être conformes à la directive 2011/61/UE sur les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs de l’Union Européenne, entrée en vigueur le 27 juillet 2013 en France, pour porter le nom d’OPCVM. Si tel n’est pas le cas, ils porteront le nom de Fonds d’Investissement Alternatifs (FIA).

 

Constitution des OPCVM

Le portefeuille de l’OPCVM est acquis par le biais des souscriptions des épargnants. Ceux ci disposent d’un compte-titres ou d’un PEA, couplé à un compte espèces. Le compte espèces est débité du montant de la souscription, et le compte-titres est crédité des parts d’OPCVM achetés.

Dans le portefeuille d’un Organisme en Placement Collectif de Valeurs Mobilières, on trouve le plus souvent des titres côtés en bourse. Cependant, une partie peut être placée en valeurs non cotées, ou en parts d’autres OPCVM.

L’Autorité des Marchés Financiers fournit une classification des différentes OPCVM. Il en existe différents types selon le support d’investissement, le profil (dynamique ou non) ou encore le secteur sur lequel ils portent.

 

Montant de souscription

Généralement, pour investir dans un OPCVM, un minimum d’achat d’une part sera demandé. Il est également possible de souscrire un montant en euros. En effet, les parts sont décimalisables.

Il n’existe pas de plafond de souscription. Seul le PEA devra respecter un plafond de versements.

  • Valeur liquidative

La valeur d’une part de FCP ou d’une action de SICAV est appelé valeur liquidative. Elle se calcule en prenant la valeur globale de l’actif net du portefeuille, divisée par le nombre de parts ou d’actions. La valeur du portefeuille est évaluée au prix du marché.

Cette valeur doit être calculée au minimum deux fois par mois. Sa fréquence de calcul sera déterminée dans le prospectus de l’OPCVM.

 

Frais relatifs aux OPCVM

Différents types de frais s’appliquent sur les OPCVM :

  • les droits d’entrée, qui correspondent aux frais prélevés à la souscription, s’ajoutant à la valeur liquidative,
  • les droits de sortie, qui sont les frais prélevés au moment du rachat, qui viennent donc en déduction de la valeur liquidative,
  • les frais de gestion, couvrant notamment les frais de courtage et différents frais administratifs. La valeur liquidative est calculée nette de frais de gestion.

 

Revenus d’un OPCVM

La valeur des titres détenus dans un OPCVM dépendra des titres qui la composent, et donc des marchés boursiers.

L’OPCVM peut choisir de redistribuer les revenus générés par ses parts, on parle alors d’OPCVM de distribution. Il peut également choisir de réinvestir les revenus procurés, ce qui viendra augmenter la valeur liquidative des parts. On parle dans ce cas-là d’OPCVM de capitalisation.

Les revenus des OPCVM sont imposés selon les valeurs qui le composent, de la même façon que si le titulaire de parts avait détenu les titres en direct. Le client sera informé de la décomposition des revenus encaissés, en fonction de la catégorie fiscale de revenus auxquels ils appartiennent.

 

OPCVM à formule

Un OPCVM à formule permet d’assurer au souscripteur une sécurité financière, en contrepartie d’une immobilisation plus ou moins longue de l’épargne. La durée peut varier de 1 à 8 ans. L’avantage de ce type de placement est la promesse d’un capital et/ ou d’une performance garantis.

Chaque émetteur d’OPCVM à formule est libre de fixer un montant minimum de souscription, ainsi qu’un plafond. Certains fonds limitent la période de souscription à quelques semaines seulement.

L’épargnant conserve la possibilité de racheter ses parts à tout moment. Dans ce cas là, le rachat se fera en fonction de la valeur liquidative du moment, et l’épargnant perdra son bénéfice de garantie (du capital et/ou de la rémunération).

 

Motivations du client

LIQUIDITE : les parts d’OPCVM peuvent être rachetées à tout moment à leur valeur liquidative du jour.

SECURITE : la diversification du portefeuille, ainsi que la gestion confiée à des professionnels permettent d’atténuer les risques liés à la détention de valeurs mobilières, celles-ci étant soumises aux fluctuations de la Bourse. Certains OPCVM proposent une garantie sur le capital investi (en contrepartie d’une durée de placement définie par avance).

RENTABILITE : elle dépendra de l’OPCVM choisi et des différents titres qui la composent. La diversification et la gestion assurée par un professionnel peuvent permettre d’obtenir des gains supérieurs à ce qu’aurait pu avoir le client en ayant des titres en direct, surtout si les montants investis sont faibles.